« Qu’il était sanglant mon Parti socialiste chartrain… » (5)

En août 2008, la Piquouse avait publié cinq billets sur le Parti socialiste chartrain. Voici la réédition du dernier acte.

5ème acte : de Charybde (Lebon) en Scylla (Lemoine).

C’est le miracle politique de la décennie : Georges Lemoine était politiquement mort, David Lebon a réussi à le ressusciter !
Comment le suppléant trentenaire de l’ex-député Vallet, ex-président du MJS national, licencié en histoire et cependant conseiller en développement économique dans la communauté d’agglomération du Plateau de Saclay (dans l’Essonne, évidemment présidée par un socialiste…) a-t-il réussi cet exploit tragique pour la gauche chartraine ?

Après la mise hors-jeu de Françoise Vallet, l’avocate Sandra Renda, tombeuse de Gorges devant le conseil constitutionnel et dans un procès en diffamation, possède toutes les qualités de compétence et de militantisme pour être la candidate unique de toute la gauche. Mais pas question pour le PS chartrain de se ranger derrière celle qui a été récemment exclue du parti à cause de son soutien apporté à Bernard Farion.

C’est la preuve qu’il préfère SON INTERET particulier à l’intérêt général de la Gauche…

Qu’importe que la circonscription soit officiellement dévolue à une femme, c’est un sport très prisé au PS que de violer souvent sa règle… David Lebon se retrouve naturellement investi par à peine quatre dizaines de militants socialistes, fait, comme Vallet en 2007, capoter l’union de la gauche et, cerise sur le gâteau, provoque l’intrusion de Lemoine dans la campagne…

Tout est parti de l’élection cantonale de Chartres Sud-Est de mars 2008. Un canton conquis par Lemoine en …1973, le premier de tous ses mandats et aussi le …dernier. Obsédé par les records – il pointe à 106 années cumulées de représentation du peuple -, Lemoine compte rempiler.

Projet contrarié par David Lebon, le petit gars de la Madeleine, qui défie le doyen dans son fief. Au premier tour, le vieux socialiste devance de justesse le jeunot. Lequel a l’impudence de se maintenir au second pour faire gagner l’UMPiste Elisabeth Fromont, bras droit de JPG.

Vous avez compris ? En se présentant à la législative partielle, Lemoine veut tout simplement faire payer à Lebon l’affront cantonal de mars.

Le plus drôle, c’est que dans les deux scrutins précités, Lemoine s’est porté candidat contre Lebon sans passer par la sélection interne au PS. Forcément,  vous vous dites qu’il a été exclu, comme Farion… Que nenni. Au PS 28, on se dit que l’ancien sous-ministre pourrait bien représenter l’avenir du parti…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s