« Des jours et des nuits à Chartres », par Henning Mankell

Hennig Mankell, célèbre dramaturge et romancier suédois, a écrit il y a quelques années une pièce de théâtre intitulée Des jours et des nuits à Chartres, qui raconte l’histoire romancée de Simone Touseau, la célèbre « tondue » chartraine immortalisée par Robert Capa, le 16 août 1944, jour de Libération.

Cette pièce est actuellement à l’affiche au Théâtre National de Nice, mise en scène par Daniel Benoin, du 24 septembre au 23 octobre 2010 inclus.

Dans ce cadre, votre serviteur et Philippe Frétigné, coauteurs d’un ouvrage sur la véritable histoire de la « Tondue de Chartres » à paraître fin 2010, sont invités par le TNN à participer jeudi 7 octobre 2010 à une conférence-débat avec Henning Mankell, Fabrice Virgili (la meilleure référence universitaire sur l’histoire des Françaises tondues en 1944) et Daniel Benouin, devant un parterre d’enseignants et de stagiaires de l’Education nationale. Le propos consistera à mettre en évidence le décalage entre la Simone Touseau de la pièce et celle de la réalité.

Henning Mankell : « Le point de départ de cette pièce est une photo de Robert Capa, réalisée à la fin de l’Occupation allemande. La photo, prise dans une des rues principales de Chartres, représente une jeune femme tondue. Parmi les autres personnes qui y figurent, certaines sont identifiables. D’autres ne sont que des silhouettes. Hors cadre, d’autres habitants de la ville assistent à l’humiliation de Simone. Simone était une “fille à soldats”. Dans ses bras, elle porte l’enfant qu’elle a eu avec un Allemand. La photographie est prise au moment où on la conduit en prison, où elle attendra son procès.

Parmi les gens figurant sur la photo, beaucoup souhaitaient l’exécution de Simone. Si elle y a échappé, c’est grâce à l’éthique des dirigeants chartrains de la Résistance, qui s’opposaient à tout lynchage. Simone ne fut pas exécutée. Mais elle fut condamnée. Elle mourut dans les années 60, détruite par l’alcool. Elle avait changé de nom, mais tout le monde connaissait son identité.

Cette pièce raconte son histoire, tout en prenant beaucoup de libertés avec les faits. J’ai changé de nombreux détails, ajouté certaines scènes, mais les événements se sont globalement déroulés tels que je les montre. Cependant, la pièce parle aussi de moi, et de tous ceux qui ont un jour regardé la photo de Robert Capa.

En d’autres termes, la pièce reflète le monde terrible et l’époque dangereuse dans lesquels nous vivons. »


Publicités

6 réflexions sur “« Des jours et des nuits à Chartres », par Henning Mankell

  1. K2 dit :

    Quand cette pièce, dont le titre fait référence à notre cité, passera-t-elle à Chartres ?
    Sûr que la curiosité des chartrains se manifesterait …

  2. Paroles de JJ Goldman.

    Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt
    Sur les ruines d’un champ de bataille
    Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
    Si j’avais été allemand ?

    Bercé d’humiliation, de haine et d’ignorance
    Nourri de rêves de revanche
    Aurais-je été de ces improbables consciences
    Larmes au milieu d’un torrent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s