Souvenez-vous des 31 du Mont-Valérien

sad

Cela fait soixante-dix ans aujourd’hui.

L’après-midi du 30 mars 1944, dans la clairière située en contrebas du fort du Mont-Valérien, à Suresnes, commune limitrophe de l’ouest parisien, trente et un résistants originaires du département d’Eure-et-Loir étaient fusillés par l’armée d’occupation allemande. Parmi les trente-et-un, trois portaient le patronyme Sadorge : Pierre (sur la photo, il est le 2ème en partant de la gauche du rang des joueurs avec un genou à terre), négociant en vins à la suite de son père, domicilié à Maintenon, et ses cousins germains Noé (le plus à droite avec un genou à terre) et Omer (allongé au premier plan), deux frères originaires de la grande ferme paternelle du Bois-de-Fourche à Hanches. Le supplice mortel subi par Pierre, Noé et Omer Sadorge est le point de départ d’un terrible drame familial presque complètement oublié et dont s’inspire le roman historique L’honneur perdu de Juliette Rassenier.

Les trente et un :

Pierre Boutier, mécanicien au Coudray (né en 1900), Roger Calbris, boucher à Pierres (né en 1924), Marcel Cartron, garagiste à Courville (né en 1912), Maurice Cléret, maçon à Septeuil (né en 1921), Gilbert Damas, manœuvre à Illiers (né en 1913), François Dargent, journalier à Saint-Pellerin (né en 1920), Jean Delorme, cultivateur à Harleville (né en 1920), Maurice Dumais, cultivateur et maire de Saint-Luperce (né en 1885), Paul Espéret, horloger à Courville (né en 1896), Élie Gallou, ajusteur et sabotier à Illiers (né en 1903), Albert Gautier, menuisier à Pierres (né en 1911), André Gillet, ouvrier agricole à La Touche (né en 1920), Joseph Girard, ouvrier agricole à Bonneval (né en 1924), Spada Girard, maréchal-ferrant à Illiers (né en 1917), Maurice Honoré, bûcheron à Bonneval (né en 1920), René Le Gall, bûcheron à Broué (né en 1917), Bernard Léger, étudiant à Dreux (né en 1922), Pierre Martin, boucher à Gallardon (né en 1913), Maurice Peltiez, boulanger à Saint-Martin-de-Nigelles (né en 1909), René Rion, charron à Maintenon (né en 1904), Marcel Roblot, couvreur à Marboué (né en 1923), Pierre Sadorge, commerçant à Maintenon (né en 1906), Noé Sadorge, cultivateur au Bois-de-Fourche (né en 1912), Omer Sadorge, ajusteur-mécanicien à Maintenon (né en 1913), Roger Saget, contrôleur laitier à Saint-Georges-sur-Eure (né en 1919), Jean Saliou, employé SNCF à Saint-Pellerin (né en 1911), Louis Savouré, cultivateur à Saint-Martin-de-Nigelles (né en 1905), Pierre Sédillot, cultivateur à Illiers (né en 1916), Edmond Signoret, plâtrier à Ézy-sur-Eure (né en 1913), Jules-René Varin, mécanicien à Villiers-le-Morhier (né en 1905) et Clovis Vigny, charpentier à Ézy-sur-Eure (né en 1896).

Publicités

Une réflexion sur “Souvenez-vous des 31 du Mont-Valérien

  1. René LE GALL était mon grand-père, et ni moi, ni même mon père ne l’avons connu.
    Rendre hommage à ces résistants permet de ne pas les oublier. Ils ne seront pas morts pour rien.
    Merci pour cette page.
    Gwenaëlle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s