Charles Porte, le flic de Jean Moulin

La une de couverture

La une de couverture

Charles Porte fut le commissaire de police de Chartres de 1939 à 1943. A ce titre, il devint ami avec le préfet Jean Moulin auquel il procura ses premiers faux papiers de résistant.
Grâce à sa couverture de policier au service de Vichy, Porte s’employa à organiser un réseau de réception de parachutages en Eure-et-Loir. Après son basculement dans la clandestinité en mai 1943, il fut successivement chargé de la sécurité de la première réunion du CNR à Paris et de l’enquête sur l’arrestation de « Max » à Caluire. Arrêté lui-même en décembre 1943, torturé, déporté à Auschwitz puis Buchenwald, Porte revint de captivité dans un état épouvantable en mai 1945. Au même moment, un commando communiste tenta de l’exécuter comme traître à la Résistance. Porte parvint à lui échapper au prix d’un nouvelle clandestinité de six années. Réhabilité tardivement et en catimini, Charles Porte demeure aujourd’hui un inconnu de la Résistance. Il est temps de lui rendre justice.

La quatrième de couverture

La quatrième de couverture

Publicités

Une réflexion sur “Charles Porte, le flic de Jean Moulin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s