Tout ça pour un poste de sous-ministre…

img_5099

Jean-Pierre Gorges annoncera vendredi soir 9 septembre 2016 en la salle panoramique de l’hippodrome de Chartres sa candidature à l’élection présidentielle du printemps 2017.
Le sous-marin des Républicains a choisi une posture citoyenne – véritable imposture ! – afin de  se prémunir du filtre des primaires. Concomitamment, il sort un bouquin intitulé La France c’est vous qui a donné beaucoup de boulot à sa plume habituelle, Jean-Guy Muriel.
Depuis la mi-2015, le (Ras)Poutine de Chartres a consacré l’essentiel de son temps à tisser sa toile dans différents cercles décentralisés proches du parti LR, et il peut raisonnablement réussir à réunir les fameuses 500 signatures.
Au pire, s’il n’y parvient pas, il passera pour un tocard ; au mieux, le soir du premier tour, il sera crédité de quelques centaines de milliers de voix, capital qui lui permettra de négocier avec LR un strapontin de secrétaire d’État. Tout cela pour ça ! Tout cela pour griller son meilleur ennemi départemental à droite Philippe Vigier qui rêve du même destin.  

Publicités

Six ans plus tard…

IMG_3827Le 13 janvier 2010, en plein dans mes recherches historiques sur la tondue de Chartres, j’avais cherché à contacter Laure Beaumont-Maillet, archiviste à la Bibliothèque nationale de France, organisatrice en 2004 d’une exposition Capa connu et inconnu.

« Bonjour, pouvez-vous me transmettre les coordonnées email de Madame Laure Beaumont-Maillet ? Je travaille à la réalisation d’un ouvrage historique sur la photographie dite de la « Tondue de Chartres » prise par Robert Capa le 16 août 1944 à Chartres.
Je ne doute pas qu’elle pourra me renseigner sur plusieurs détails concernant ledit cliché (…). »

La réponse de la Bibliothèque nationale est arrivée le… 15 mars 2016.

« Bonjour, en réponse à votre demande, je ne peux malheureusement pas vous donner les coordonnées de cette personne, car Mme Beaumont-Maillet a pris sa retraite et ne travaille donc plus à la Bibliothèque nationale.
Bien cordialement,
Gabrielle SMET, chargée de clientèle
Service Commercial
Bibliothèque nationale de France
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13″

Monsieur Paul

IMG_3869Mon ouvrage biographique sur Monsieur Paul arrive en phase terminale. Plus que quelques semaines à attendre avant sa publication.

Un aperçu de ce que pourrait être la 4ème de couverture :

Peu importe son vrai patronyme. Celui qu’on appelait Paul, « Paul de Normandie », ou « Monsieur Paul » (1908-1998) fut de la trempe des plus grands escrocs, héritier d’Alexandre Stavisky, un Bernard Madoff ou un Christophe Rocancourt avant l’heure. À son tableau de chasse d’insatiable arnaqueur pendant plus d’un demi-siècle – entre les années 1930 et 1980 -, figurent des centaines de pigeons naïfs et/ou cupides, soulagés de sommes d’argent colossales.

Néanmoins, Paul était un escroc atypique parce que sincère dans son engagement auprès des gens dans l’embarras ou la misère. Une sincérité qui faisait tomber les barrières, les éventuels doutes sur sa personne. À Emmaüs, comme bras droit de l’abbé Pierre de 1953 à 1974, il fut capable de soulever des montagnes d’humanité, de changer le vil métal en or, de transformer l’argent en davantage d’argent.

Atypique encore parce que tourmenté, quasiment torturé. Il se voyait perpétuellement coincé entre chute et regain, il s’identifiait au pêcheur qui tombe, qui se relève, qui retombe encore… Il aidait les autres par besoin de repentance, de contrition. Ce faisant, Paul refoulait sa moitié d’ombre, mais il l’alimentait aussi avec sa moitié d’homme remarquable.

Au bout d’une longue enquête menée à travers la France, du Nord à la Provence, en passant par Chartres, Gérard Leray est parvenu à reconstituer la biographie de ce personnage extraordinaire. Émotions garanties.

Gérard Leray, enseignant à Chartres, est spécialisé dans la micro-histoire et l’histoire orale. Monsieur Paul est son quatrième livre, après La tondue 1944-1947 (Vendémiaire, 2011, coécrit avec Philippe Frétigné), L’honneur perdu de Juliette Rassenier (Ella éditions, 2013) et Charles Porte, le flic de Jean Moulin (Ella éditions, 2015).